accoucher à sa façon

Voici un extrait de l'article de Whapio Diane Bartlett intitulé les étapes holistiques de la naissance.  Je le trouve utilise et intéressant... FULL ARTICLE IN ENGLISH HERE 

Cette photo que j'ai choisie pour accompagner l'extrait de cet article à été censurée par Facebook. C'est bien dommage. 

"Durant le temps passé entre les mondes, la plupart des femmes sont debout et se laissent porter par le travail. Beaucoup de femmes se balancent avec les contractions et se penchent vers l'avant durant la majorité des contractions. C'est la sagesse instinctive. Durant le travail, l'utérus se moule vers le haut et vers l'avant, et les femmes bougent naturellement avec leur utérus, facilitant ainsi le processus. Certaines tiennent même leur utérus vers le haut et vers l'avant pendant les contractions... sans avoir jamais été guidées ou encouragées à le faire. Durant la phase de quiétude, les femmes semblent se détendre. Elle peuvent se laisser flotter dans la baignoire ou s'asseoir vers l'arrière. Elles peuvent même s'allonger sur le côté. Quand les contractions reprennent à plein régime au moment des vagues de la naissance, les femmes sont en général de nouveau debout... marchant, se balançant, se penchant. Alors que le travail devient plus intense et se transforme en grandes vagues, la femme sait instinctivement que son bébé est proche et commencera à s'incliner et à se rapprocher du sol. Finalement, lorsque les vagues atteignent leur apogée, les femmes amènent toujours un genou au sol pour adopter une posture agenouillée avec un genou par terre, et l'autre plié. Une mère ne laisse jamais tomber son bébé par terre. Elle s'accroupit au sol, un genou par terre et l'autre plié, pour faciliter la naissance de son enfant. Son partenaire s'accroupit en général devant et par-dessus elle, comme l'Archange, potégeant et observant, soutenant sa famille. L'accompagnant est proche... attendant à être appelé plus près si cela est nécessaire. La plupart des mères mettent au monde leur enfant seules. Les bébés en général ne tombent pas de l'utérus quand leur mère est présente et impliquée instinctivement dans l'accouchement, alors elle n'a besoin de personne pour l'attraper. Les mains de la mère savent quoi faire... comme toujours... et une assistance est rarement nécessaire. Le bébé arrive dans les mains de la mère et elle pose doucement son bébé sur le matelas préparé pour lui par terre.

Remarque à propos des autres positions...

Les femmes passent parfois d'une posture sur les genoux à une posture à quatre pattes durant la phase des grandes vagues. Il s'agit d'une posture courante car la mère en travail peut ainsi soulager son dos du poids du bébé et s'appuyer sur ses bras en se penchant vers l'avant. Une mère ne fera cela que si un accompagnant ou le compagnon aident à la naissance car la femme sait instinctivement que son bébé est maintenant derrière elle et qu'elle ne peut pas le recevoir elle-même. Souvent les mères confient après la naissance que la position à quatre pattes était logique sur le moment mais qu'elles sont déçue d'avoir manqué la naissance de leur enfant. Quelqu'un d'autre attrape le bébé et de nombreuses femmes que j'ai connues n'opteront plus pour cette position.

Les femmes semblent ne pas apprécier la position accroupie soutenue. Elle sont totalement dépendantes de quelqu'un d'autre pour les tenir durant la mise au monde, souvent le partenaire, et alors le partenaire ne voit pas facilement voir son enfant naître. Cela met aussi la mère dans un état inconfortable... devant dépendre de quelqu'un pour les tenir pendant la naissance alors qu'ils savent instinctivement que ce n'est pas vraiment nécessaire. Je me suis rendue compte que la position accroupie soutenue est une position qui est recommandée par l'accompagnant à la femme, plutôt qu'une position qu'elle choisirait naturellement. Egalement, dans une position accroupie soutenue, j'ai vu des femmes avoir des difficultés à courber leur dos durant le réflexe d'éjection fœtal auquel Michel Odent fait référence.

Semi-assise, la position plus populaire culturellement, est la position la plus difficile pour mettre au monde un bébé. C'est une question de géométrie sacrée. Quand une femme s'assoit sur son coccyx, qui est exactement là où elle est assise quand elle est penchée vers l'arrière, elle ferme le canal de la naissance. Durant le travail, le coccyx recule naturellement pour que le bébé puisse s’accommoder. Quand la femme s'assoit dessus, il faut mobiliser beaucoup d'efforts pour que le bébé passe au-dessus du coccyx. Cela se termine en général par des poussées dirigées, avec les jambes vers les oreilles et souvent beaucoup de cris et d'ordres prononcés. Même s'il c'est préférable à la position allongée sur le dos ou dans les étriers, je n'ai jamais vu une femme choisir cette position, ou avoir besoin de le faire. En fait, d'un point de vue physiologique, s'allonger sur le dos est une position plus facile pour le travail parce que le coccyx peut bouger avec moins d'efforts que lorsque la mère est assise dessus. Les mères n'aiment pas s'allonger sur le dos pour la mise au monde car intuitivement elles savent que ce n'est pas naturel est que cela créé plus de travail pour l'utérus qui va vers le haut et l'avant.

Quand une femme est assise sur son coccyx – c'est exactement ce qu'elle fait quand elle est allongée en arrière – elle obstrue le canal de la naissance. Pendant le travail, le coccyx recule spontanément pour que le bébé puisse s’accommoder dans le bassin. Quand la femme s’assoit dessus, cela demande une grande force pour faire passer le bébé par-dessus le coccyx. Cela se traduit par des poussées difficiles et guidées, avec les jambes aux oreilles et souvent beaucoup de cris et de coaching. Même s'il est préféré psychologiquement de s'allonger sur le dos ou les pieds dans les étriers, je n'ai jamais vu une femme choisir cette position, ou avoir besoin de le faire. En fait, d'un point de vue physiologique, s'allonger sur le dos est une position plus aisée parce que le coccyx peut se dégager avec moins d'effort que quand la mère est assise dessus. Les mères n'aiment pas s'allonger sur le dos car elles savent intuitivement que ce n'est pas naturel et que cela créée plus de travail pour l'utérus qui va vers le haut et l'avant.

Les femmes qui optent pour un accouchement dans l'eau peuvent parfois rester en position semi-assise. Cela fonctionne dans l'eau parce que la mère peut facilement se redresser à l'arrivée du bébé, permettre au coccyx se libérer et au bébé d'arriver au couronnement.

La position allongée sur le côté gauche est choisie par les mères qui veulent rester dans leur lit ou contraintes à y rester pour certaines raisons. Cela semble fonctionner sans difficulté, puisque cela égalise la pression sur le périnée mais les femmes reportent que c'est très inconfortable de devoir avoir une jambe soutenue au moment de la naissance.

Ce que j'ai appris des femmes qui accouchent est qu'elles trouvent instinctivement la position qui fonctionne le mieux pour elles... en général la position à genoux. Quelle que soit la position choisie par la femme... semi-assise ou à quatre pattes ou à genoux... il s'agit de la position naturelle sur le moment. Il n'y pas de position correcte pour la naissance. Cela dépend de chaque femme et de chaque accouchement. Mes expériences m'ont montré que les femmes choisissent souvent une position à genoux hors de toute empreinte culturelle."

Lire l'article en entier: https://accoucheralamaison.ch/les-etapes-holistiques-de-la-naissance/

Soyez éveilléeS à ce qui se passe

Voici les 10 choses les plus importantes à savoir pour une femme enceinte d'après Estelle, sage femme française qui a beaucoup voyagé et travaillé longtemps à l'hopital américain. 

1/ Acceptez de ne plus rien contrôler. Il faut ‘lâcher l’affaire’, ce n'est plus vous qui commandez…. il faut lâcher pour accoucher, déconnecter le cerveau. 

2/ Réfléchissez à ce que vous voulez pour vous et votre enfant. Il faut suivre ce que vous souhaitez, ce dont vous avez besoin… certaines femmes ne peuvent pas envisager la nudité devant le corps médical, d’autres on été maltraitées et son déjà traumatisées à l’idée d’enfanter, pour elles, la péridurale est donc indispensable pour soulager la douleur de la mère… écoutez ce qui est juste pour vous. 

3/ Identifiez un praticien à proximité, un gynécologue, une sage femme ou un généraliste en qui vous avez confiance.

4/ Choisissez un bon praticien en diagnostic anomalie fœtale si vous désirez recourir à cette médecine précise qui est en train de se développer. Il y a de très bons praticiens dans le domaine qui peuvent dépister des anomalies génétiques sur le foetus et façon non invasive… Cela ne remplace pas l’amiosynthèse mais un bon généticien pourra vous donner des indications significatives. 

5/ Dites que vous voulez la péridurale à l’hôpital même si vous changez ensuite d’avis. Réveiller l’anesthésiste pour la 6 eme fois en pleine nuit pour une péridurale non planifié va le mettre de mauvaise humeur et il sera moins attentif envers vous.

6/ Bien choisir sa maternité, allez sur les forums. Certaines vous laisserons boire et manger, bouger, d’autres non.

7/ Si la progression est très lente ou que ça bloque… il y a probablement une raison psychologique, quelque chose qui n’a pas été exprimé. Plus vous travaillez en amont et plus vous libérez les blocages. 

8/ Soyez éveillée à ce qui se passe! / Soyez engagée avec la prise de décision. Soyez actrice de la naissance de votre bébé, c’est votre histoire, ne restez pas passive devant la médecine… Il est possible que vous soyez stressées par la situation à l’hôpital également. Les sages-femmes ont moins le temps de prendre soin de vous, elles doivent se concentrer sur la traçabilité et elles ont beaucoup de papiers à remplir. Ils/elles sont parfois jeunes et sans experience et parfois elles n’ont tout simplement pas le temps de vous apportez un accompagnement en présence et en conscience. C’est donc à vous de vous préparez. Il faut garder le sens critique, poser des questions, ne pas se laisser faire à n’importe quoi mais plutôt collaborer avec le corps médical. 

9/ Remplissez le congélateur. La dernière semaine de votre grossesse, pensez à remplir votre congélateur car une fois que le bébé sera là, vous n’aurez pas le temps de cuisiner. C’est aussi très important d’avoir une amie, de la famille ou une doula prête à vous donner un coup de main, quelqu’un qui sache quoi faire et puisse répondre à vos questions. 

10/ Bouger. Pendant le travail, mettez vous comme vous êtes bien. Même si la position peut vous sembler farfelu, trouvez ce qui vous convient. Vous pouvez demander un moniteur déhanbuloatoir et pensez à faire pipi pour ne pas avoir la vessie pleine… 

 

Birth is a mysterious thing...

Elizabeth Echlin has been practicing hypnobirthing for 7 years. The first thing she told me is that she is surprised that today, even very educated women end up going to their local hospital with unsatisfying or even violent birth experiences. It seems that women, and french women especially, are naive… or afraid just by the thought of giving birth at home. I guess having a birth at hospital is reassuring… but the truth is that birth is a mysterious thing, no one can predict ever what will happen, we can only prepare the best we can so that we feel confident that it will all go well. No one will know better what to do than the woman herself and at hospital it’s too rare that she is given the opportunity to connect with that inner natural power. 

From what I am hearing on the one end of the spectrum, in most developed countries, if a baby is above the ‘normal weight’, he will be forced to get out before term and if it’s a breeched baby, he cannot even consider having a natural birth… It seems so violent to me… especially as on the other end of the birth spectrum with traditional midwives, babies are allowed to take as long as they want, get out in any position they feel like, come out into the water, have a plant bath and be put in silk fabric surrounded by flowers… This will also have an impact on the mother, the bounding with the child and how she is going to feel post-partum… Some women are absolutely traumatized by their birth experience but they won’t talk about it because they are ashamed, they feel they failed. Elisabeth had a really beautiful birth, it was like ‘an awakening’, a door that opened… and she told me that if ever she isn’t feeling great, she finds strength recalling the moment of the birth of her son, she feels proud, strong and inspired. I would like all women to feel like this, I loved it when she said: "if all women could give birth naturally, we would not take shit from anyone ever again!" . We shall have the opportunity to live our births fully, we shall be given the space and tools to walk that rite of passage in peace especially as it is the most challenging thing will even experience. 

I was so happy to hear that in the UK, the NHS has now said officially that they are supporting home birth, saying that it is as safe as a hospital birth. It’s also a great way to have the same midwife throughout pregnancy and for the delivery. 

 

Elisabeth top 3 : 

1/ Don’t set the bar high, you may risk to be disappointed. 

2/ Work on the fear

3/ Make a birth plan & choose your hospital because it will have an impact on the birth journey. 

For the Doulas: As people supporting birth, our intention should be to create an environment for women to simply be themselves, without expectations. Women need to listen to themselves and need encouragement. We shall only be knitting on the corner of a room… 

 

Hypnobirthing seems to be a great technic. The proposition is to assist around 5 sessions with a specialist such as Elizabeth. The couple will be introduced to the role of the hormones, especially the Oxytocin (the hormone that is produced when we make love, provoking the contractions, stretching the cervix and the uterus during birth). Most couples are already experts in producing that hormone just by the simple fact that they are expecting a child! They will explore the nervous system and work on the protector role of the father. They’ll also practice practical exercices to prepare for birth.

Pour un accouchement heureux

D'après Ana Luisa Andrade Baptista, doula depuis 12 ans au Brésil, un accouchement heureux est basé sur 3 choses importantes:

+ la sécurité. la femme doit se sentir en confiance  

+ la liberté de mouvement. la femme doit se sentir libre de manger, de boire ce qu’elle veut.

+ l’intimité. au brésil il arrive que des femmes reçoivent jusqu'à 10 touchés vaginaux consécutifs par des étudiants  - c’est d’une très grande violence

Voici le Top 10 d'Ana Luisa:

1/ un bon prénatal — Selon Anna Luisa, 90% des femmes sont en faibles risques et n’ont pas de problèmes associés à la grossesse. Un accompagnement médical simple est la plus part du temps suffisant (pression artérielle, examens d’urine, croissance de foetus). 

2/ Un projet de naissance - la femme s’informe, rassemble des documents sur ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas pour son propre accouchement. le médecin va seulement intervenir si il y quelque chose qui ne va pas. Cela semble essentiel.  

3/ Une doula — certaines femmes pensent qu’elles n’en ont pas besoin mais pour celles qui le veulent, une doula c'est un plus et elles le méritent. Anna Luisa fait parti d'un grand réseau de doula au Brésil et elle connait l'importance de leur action.  

4/ Le soutien familial mais sans pression. Parfois la famille pense aider mais elle dérange la femme enceinte. Au brésil il est parfois difficile de se détacher de la pression familiale qui pousse souvent vers un accouchement très médicalisé pour des raisons pratiques. 

5/ Se faire respecter dans ses choix. 

6/ Savoir ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas.

7/ Elle conseille toujours aux femmes de se faire accompagner dans un travail sur elle, pas forcement traditionnel, quelque chose qui amène à l’auto connaissance, connaitre nos noeuds émotionnels, notre corps. 

8/ Prenez conscience que la douleur ce n’est pas la même chose que la souffrance. (la souffrance alimente la douleur... la douleur est ponctuelle, elle peut être soulagée par la respiration, la souffrance est un état d'être dans lequel on peut se retrouver 'coincée' / Ina May dit que lorsque la femme commence à exprimer qu'elle a mal, elle répond 'es-tu en train de te plaindre? stop complaining she says...) 

9/ L’appui inconditionnel du père ou d'une présence bienveillante - l'homme (ou la présence bienveillante) doit savoir comment alléger la douleur de la femme (massage, etc), être à ses côtés mais ne pas être envahissant, se souvenir que c’est l’accouchement de sa femme et non le sien, savoir qu’elle va beaucoup crier, qu’il ne doit pas avoir de la peine mais qu’il faut essayer accueillir la douleur de sa femme.

10/ Connaitre les phases de l'accouchement et la physiologie de l'accouchement. 

Pour les doulas : Anna Luisa considère la doula au Brésil comme l'agent du changement. Le réseau de doula dans le pays fait tout son possible pour être acceptées en milieu hospitalier et avoir le droit d'accompagner les femmes jusqu'au bout. 

 

"THANKS TO GOD, DOULAS EXISTS" - Ana Luisa, Brazilian Doula. 

Accueillir & protéger la vie

Vivre une grossesse c’est un grand moment d’intériorisation pour se découvrir en tant que femme. Selon Dominique Marquette, sage-femme de grande experience, voici les 10 choses importantes qu'une femme enceinte doit faire... 

* Adapter son alimentation, manger sainement.

* Ralentir son rythme.

* Trouver une personne ressource (sage-femme, doula ou autre).

* Écouter les besoins de son corps et les satisfaire. 

* Méditer.

* Construire la confiance en soi et la tester.

* Rester mystérieuse sur le terme, le lieu et la date de l'accouchement ainsi que le sexe. 

* Tourner son attention sur ce que l'on aime.

* Se faire masser régulièrement.

* Aiguiser son discernement et s'entourer de belles personnes.

Note pour les doulas & les sages-femmes : Il ne s’agit pas d’essayer de se remplacer mais au contraire de former une équipe pour accueillir la vie. Dominique Marquette insiste sur la qualité de l’accueil que l’on offre à l’enfant et l’importance d'accueillir et de protéger la vie. Il n’est ici pas seulement question d’observer que l’enfant est physiquement vivant, l’attention va plus loin pour un accompagnement dans le plus grand respect du movement puissant de la naissance. Les accompagnants se doivent d’être dans la plus grande neutralité car la femme est dans un état d’extra sensibilité et en aucun elle devrait sentir une intrusion. Parfois juste un mot peut sembler d’une grande violence dans cet instant.

Birth Stories in Mexico

This is a recording of Maria Mais, a beautiful woman, Mexican healer. she is a pre-hispanic dancer and she inherited the ancestral knowledge of the diagnosis through the corn from her great-grandfrather. She has been travelling through several communities where she has been acquiring and transmitting knowledge of natural medicine and traditional Mexica for 20 years. Here she is talking about BIRTH IN MEXICO @ el Llamado Del Corazon De La Tierra 2015. I love you Maria. Thank you so much for your sharing your wisdom.

 

TOP 10 Muay (Thailand)

Muay is one of the sweetest person i’ve ever met in my travels, she came miles way on her scooter to meet me in the middle of the busy night market with a bag of colorful sesame pastries. 

She’s graduated 5 years ago from herbalist midwife school in Chiang Mai and works now at her teacher’s clinic Sam Pha Lang, a natural birthing clinic. She is also gives Anja light healing. 

 

1 / You number one preoccupation should be your HEART, hold on to your heart and LOVE LOVE LOVE… Heart is the Boss, it controls everything with the mind. 

2 /  You shall take care of ourselves and our family

3 / You need a healthy diet

4 / Music is very important as well as prayers. In Thailand, it’s often recommended to the women to go pray at the temple (or the church); the idea is to pray for the baby to be strong

5 / Herbs are essential to support the woman pre and post natal process. You shall drink certains herbs such as Yahom (especially if you need strengths) and after one week, if you are had no C-section, you should use the steam room as much as twice a day, this will help the body and it’s good for the milk. (Tamarin leaves, Lemon Grass, Bergamon, small red onion are exemples of plants you may use in the steam)

6 / Don’t be surprised if you only realize that you have a child, 3 or 4 years down the line, it’s so intense and immersive that sometimes we need those years to actually realize it fully. 

7 / You need to exercice, walk!

8 / Please use meditation to relax and control your emotions, this is absolutely essential. 

9 / Choose what is best for you, have your own ’Style’, choose to do things your own way! 

10 /  Be happy, kind and honest

 

NOTE TO THE DOULAS : Muay said that the most important for us was to adapt ourselves and take time to get to know the family. « You shall talk to the family, investigate and learn about the habits of the mom, know if she drinks enough water, if she sleeps enough and slowly get to know her and introduce suggestions on how to facilitate the venue of the child in the house. » She also said that meditation was very important for us as well in order to balance our breathe & our blood circulation which will allow us to have clear (quick and right) answers when we need them. Muay meditates every morning and every evening, she insisted to say that it was key.

Birthing in Thailand

According to Lowie Row, American nurse living & working in Chiang Mai for many years; Thai women are really lucky - Indeed, whatever birth they choose, they can be efficiently supported. Facilities are available for having a natural birth at the hospital, technology is minimized and the nurses keep their distance/ « hands off » unless intervention is really necessary. The couple is left to birth on their own if that's what they desire. But is the couple prepared for that?

And what about if they wanted to give birth at home? well, even though in the 60's, 99% of the women in villages gave birth at home, it is now forbidden and punish by the law. Traditional midwives are not allowed to work from their place or in people home anymore. 

So today, in some of the clinics 80% of women are choosing C-section. Apparently it's because they are superstitious, looking for the ’lucky day’ for their baby’s birth. Most of the women also believe that men would not look at them the same way, that part is making me really sad. 

No one is explaining the repercussion of the surgery. No one is taking about it and it’s working well for obstetrician’s diaries.